Faites subventionner vos travaux en copropriété

copropriétés & diagnostic
opérateur conseil habilité par l'ANAH

Audit énergétique : définition, contenu. Les différents types d'audit

L’audit énergétique que nous réalisons répond aux attentes de l’Agence Nationale pour l’Habitat, qui nous a délivré une habilitation d'opérateur. Il est conforme au cahier des charges de l'ADEME. Copropriétés & Diagnostic dispose d'une expertise déterminante dans le domaine des audits énergétiques

 

Le contenu d’un audit énergétique

Définition de l'audit énergétique : il s'agit d'un document écrit qui permet de faire un bilan des déperditions énergétiques d’un bâtiment. Il met en avant les points fort et les points faibles en la matière et définit les préconisations d'améliorations, ainsi que les gains énergétiques après travaux qui seront nécessaires pour bénéficier d’aides et de subventions. Il indique toutes les informations nécessaires pour permettre une continuité si un projet de travaux de performance énergétique voit le jour. Il précise enfin le délai de retour sur investissement. Notre audit énergétique est structuré en 4 points :

 

Premier point : l'état des lieux du ou des bâtiments

L’ingénieur thermicien en charge du dossier présente les forces et faiblesses thermiques ainsi que l’état apparent de chacun des bâtiments entrant dans le périmètre de l’étude. Il réalise un diagnostic des murs, des planchers hauts, des planchers bas, des menuiseries, de la chaufferie. Il identifie également la présence des ponts thermiques et des infiltrations d’air. Ces constations sont étayées par des clichés thermographiques réalisés en extérieur et en intérieur grâce à un équipement de prises de vue thermiques permettant d’illustrer les différentes valeurs de pertes énergétiques :

audite energetique

Une reconnaissance des systèmes énergétiques, c’est-à-dire un état des lieux de tous les dispositifs de la copropriété nécessitant de l’énergie pour fonctionner est présenté. Sont décrits le système de chauffage ainsi que tous les dispositifs de distribution et de régulation du circuit de chauffage et d’eau chaude sanitaire, les dispositifs de chauffage présents dans les appartements, le système de ventilation, l’éclairage.

L’auditeur thermique dresse, bâtiment par bâtiment, le bilan des déperditions énergétiques observées, et établit une synthèse de l'ensemble.

Il présente les consommations d’électricité et de combustible sur les trois dernières années. Cette étude permet de connaître les consommations dites « réelles » de la résidence. Ces dernières vont être mises en corrélation avec les températures extérieures constatées afin de vérifier que la chaudière est correctement régulée. Cette valeur moyenne des 3 années de consommations est également utilisée comme base de calcul de la modélisation thermique.

L’étiquette énergie et l’étiquette climat (niveau des émissions de gaz à effet de serre) est ensuite présentée :

 

                              

 

L’auditeur énergétique présente une synthèse de l’enquête qu’il a adressée aux copropriétaires. L’idée est de connaître le ressenti de chacun concernant :

  • Le confort en été,
  • Le confort en hiver,
  • L'humidité,
  • Les habitudes domestiques de régulation de la température (ouverture des fenêtres).

C’est l’occasion de faire un bilan des travaux individuels réalisés concernant les fenêtres et autres, et de savoir si les occupants sont plutôt favorables à un projet de rénovation de leur résidence.

 

 

DEUXIEME POINT : les préconisations de travaux de rénovation énergétique

Cette partie est dédiée à la rénovation énergétique du bâtiment. Une liste de travaux préconisés est présentée, en voici un exemple :

Pour chaque préconisation, une fiche est établie avec un descriptif des travaux, un descriptif des contraintes spécifiques, les performances thermiques conseillées pour les équipements et matériaux, un estimatif du coût des travaux, les gains énergétiques, environnementaux, financiers et le temps de retour sur investissement.

 

Les travaux préconisés sont regroupés dans différents scénarii de travaux.

Les scénarii de travaux peuvent être organisés de 2 façons différentes :

  • En fonction d’un projet de rénovation énergétique existant, suivant l’échéance des travaux,
  • En fonction des postes les plus énergivores étudiés lors de la modélisation thermique de la résidence si la copropriété n’a pas de projet définis,

Chaque scénario est une combinaison de travaux. En voici un exemple avec 4 scénarii, du plus modeste au plus ambitieux :

Les travaux définis par l’audit énergétique n’ont aucun caractère obligatoire. Cette étude permet aux copropriétaires d’avoir une vision d’avenir et une feuille de route sur les différentes priorités de travaux qu’ils devront voter le moment venu. Ils découvrent la nature et le montant des travaux à envisager, les gains attendus sur la facture énergie et le montant des subventions mobilisables. Une projection est réalisée concernant l’évolution de la facture énergétique après travaux suivant le scénario retenu.

 

 

Pour chacun des scénarii, les aides et subventions mobilisables sont présentées :

  • Les aides spécifiques à votre localisation, elles sont le fait de votre mairie, de votre communauté de commune, de votre département ou de votre région,
  • Les aides de l’Agence Nationale de l’Habitat (l’Anah) dans le cadre du programme Habiter Mieux,
  • Le Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique, le CITE.
  • Le taux réduit de TVA,
  • Les Certificats d’Économie d’Énergie, les CEE,
  • Le financement par un Eco PTZ (Prêt à Taux Zéro) collectif,
  • Les subventions de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV),
  • Les subventions des caisses complémentaires de retraite : AG2R, IRCANTEC, MALAKOFF MEDERIC AGIRC-ARRCO,
  • Des dispositifs spécifiques de l’ADEME, ect..

 

TROISIÈME POINT : énergies renouvelables et éco-geste

Nous réalisons une analyse du potentiel d’installation de systèmes à énergies renouvelables (photovoltaïque, solaire thermique) ainsi qu’une sensibilisation aux économies d’énergie et d’eau qu’il est possible d’obtenir en changeant de comportement au quotidien ou en réalisant à titre individuel de petits achats.

 

QUATRIÈME POINT : la synthèse de l'audit

Enfin, une note de synthèse est présentée pour chacun des scénarii de travaux proposés. C’est l’occasion de mettre en parallèle les comportements individuels et les données techniques des scénarios.

 

Les annexes

La volonté de clarté et de devoir de parfaite information conduit Copropriétés & Diagnostic, opérateur conseil habilité par l’ANAH, à placer en fin de document :

  • Un glossaire de tous les termes techniques,
  • Des fiches techniques servant à comprendre les dispositifs de performance énergétique.

 

 

Bon à savoir : l'audit le plus souvent pratiqué

Copropriétés & Diagnostic réalise différents types d’audits énergétiques, cependant l’audit énergétique le plus souvent pratiqué est l'audit énergétique basé sur le cahier des charges de l'ADEME que nous vous présentons ci-dessus. Il comprend un audit réglementaire et va plus loin que ce dernier : bilan des déperditions énergétiques de la copropriété et proposition de trois programmes de travaux et d’amélioration des équipements, allant du respect de la réglementation thermique minimale jusqu'à une réduction de 75% de la consommation. Il donne un état des lieux financier : le temps de retour sur investissement, les coûts, les aides et subventions. 

Les autres types d’études thermiques et d’audits énergétiques que nous réalisons :

  • Le Diagnostic de Performance Énergétique collectif (obligatoire sous certaines conditions),
  • L’Audit Énergétique Réglementaire (obligatoire sous certaines conditions),
  • Le Diagnostic Technique Global (obligatoire sous certaines conditions),
  • L'Audit Architectural et Énergétique (audit volontaire),
  • L'Audit Global Partagé (audit volontaire).

 

DEMANDE GRATUITE DE DEVIS

 

Bon à savoir : les travaux de performance énergétique les plus pratiqués

Les réserves d'énergie de notre planète ne cessent de décroître pour une population et un besoin qui augmente considérablement d’année en année

La France possède un parc immobilier existant vieillissant. Nos bâtiments généralement construits avant les réglementations thermiques 2005 ou 2000 n’ont pas été réalisés dans l'optique de limiter les consommations énergétiques.

Pour remédier à cela et suivre plusieurs directives Européennes, l’État français s’est engagé à agir sur son impact environnemental au travers de lois :

  • La loi Engagement National pour l’Environnement (appelé aussi Grenelle 2) instaurée le 12 juillet 2010. Cette loi complète, applique et territorialise la loi « Grenelle 1 ». Elle instaure également de multiples articles et notamment :
    • L’art. 3 : obligation de travaux de rénovation énergétique dans les bâtiments tertiaires,
    • L’art. 4 : nouvelle réglementation thermique du bâtiment (RT 2012).
    • La Loi POPE instaurée le 13 juillet 2005. Cette loi fixe les objectifs de la France sur les grandes orientations de la politique énergétique. Elle intègre notamment l’objectif « facteur 4 » (division par 4 des émissions de gaz à effets de serre en 2050 par rapport à 1990). Obligation de mettre en œuvre une isolation thermique à l’occasion de travaux conséquents de rénovation des bâtiments (le ravalement, la rénovation de la toiture…).

Dans cette optique, mais également dans le but de réduire nos factures énergie, l’audit énergétique va dresser un bilan de nos bâtiments dits « existants » et par la suite proposer un programme de rénovation énergétique précis et adapté à chaque bâtiment.

 

Audit énergétique : les autres informations utiles

Article rédigé en Juillet 2019, certaines informations peuvent être obsolètes. Nous nous efforçons de réaliser une mise à jour annuelle.